Fédération Nationale des Syndicats Autonomes
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Identifiez-vous
Login
Pass 


ADHÉREZ
Communiqués
! 18 Juillet 2017
Suppression annoncée du CNU : nous serons vigilants !
Catégorie : Autre
SupAutonome-FO et le Snprees-FO seront extrêmement vigilants aux attaques contre le CNU. Ils défendront par tous les moyens cette instance nationale, seule protectrice institutionnelle de leur...
! 17 Juillet 2017
Le contrat de réussite: une grande supercherie
Catégorie : Communiqué
La Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a lancé aujourd’hui une large concertation sur le contrat de réussite étudiant et sur...
! 30 Juin 2017
Vadémécum de la CPU : haro sur les statuts nationaux !
Catégorie : Communiqué
Pour SupAutonome-FO et le SNPREES-FO, les propositions de la CPU sont inadmissibles. La CPU ne demande pas une nouvelle loi d'orientation, mais (et c'est plus insidieux)...

Syndicats & Organisations
Actuellement...
! 17 Juillet 2017
Intervention de la FNEC FP-FO lors de la réunion de concerta on du 17 juillet 2017 sur la réforme de l’entrée en premier cycle
"Madame la Ministre, vous avez souhaité...
Lire

! 30 Juin 2017
Vadémécum des propositions de la CPU pour l’Enseignement supérieur et la Recherche 02/05/2017
"L’enseignement supérieur et la recherche (ESR)...
Lire

! 14 Juin 2017
Bulletin N°159
Dans ce numéro: 1. «L’expérimentation différenciante» :...
Lire

! 12 Juin 2017
Composition du Cabinet du Ministère ESRI
Nouvelle composition du Cabinet du Ministère...
Lire

! 12 Juin 2017
Décret: Attributions du Ministère de l'enseignement supérieur
(doc en pdf) Décret n° 2017-1083...
Lire

! 13 Avril 2017
Bulletin N°158
télécharger et lire dans ce numéro:...
Lire

Calendrier

Présentation

Une fédération de syndicats au service des universitaires

SupAutonome est réellement indépendante et autonome : indépendante des partis politiques, elle se prononce en fonction de ses principes en vue de l'intérêt général. Elle ne critique donc jamais par principe ni ne suit aveuglément les consignes de qui que ce soit. Ses prises de position sont toujours motivées. Cette indépendance et cette autonomie sont à la fois sa grandeur et sa faiblesse. Comme elle n'est inféodée à aucun parti ni à aucun mouvement philosophique, politique ou religieux, elle ne peut compter que sur les ressources que lui donnent ses adhérents et n'a donc pas les moyens financiers d'autres organisations moins indépendantes et moins libres. Mais elle est fière de cette liberté qui la rend disponible pour promouvoir une certaine idée de l'Université et des universitaires. Ce sens de la liberté explique sa nature : elle n'est pas un syndicat unifié, mais une fédération de syndicats indépendants. Une telle situation exige un grand effort pour assurer la cohérence de son action, mais elle est le gage de la prise en compte des spécificités des disciplines et des statuts des personnels.

Pour elle, l'Université est le lieu d'élaboration et de transmission des connaissances. C'est pourquoi, l'enseignement supérieur, même dans ses secteurs les plus professionnalisés, doit être vivifié par la recherche. Les conséquences de ce principe, c'est d'abord :

Le statut des enseignants-chercheurs, menacé par une série de réformes bureaucratiques qui alourdissent l'exercice de la recherche et de l'enseignement et éloignent trop longtemps les universitaires de la recherche; ensuite, la nécessité de rapprocher les grands organismes de recherche (en clarifiant leurs missions) des universités et de donner aux universitaires la place éminente qu'ils devraient y occuper; enfin la promotion d'un enseignement de qualité évalué non sur des critères quantitatifs (que signifient des diplômes à 3, 5 ou 8 ans ? : leur valeur dépend de ce que l'on a fait et appris pendant ces années), mais sur le niveau de qualité atteint à la fin de chaque cycle. Ce qui compte à nos yeux, ce n'est pas le nombre de diplômés, mais la qualité des diplômes que nous garantissons.

La qualité du travail universitaire suppose aussi une mise à niveau des moyens pour rattraper les pays les plus innovants en la matière : crédits de recherche, sans oublier les crédits de documentation et la nécessité d'une grande réforme des bibliothèques universitaires pour les mettre au niveau des pays anglo-saxons et la nécessité d'avoir un personnel BIATSS d'encadrement de la recherche motivé : la qualité d'une université dépend de la qualité de l'ensemble de ses personnels (universitaires, BIATSS, bibliothèques) et leur motivation est inséparable de la reconnaissance sociale et financière qu'on leur accorde. Dans tous les corps de l'université, les mérites devraient être reconnus : il n'y a rien de plus sclérosant qu'un avancement uniforme à l'ancienneté. Chaque personnel devrait avoir, en fonction de ses mérites, des perspectives de carrière.

Enfin, nous sommes très attachés à l'exercice réel des libertés, dans la responsabilité de chacun : liberté des chercheurs et de la recherche ; liberté d'opinion et d'expression, loin de tout terrorisme intellectuel (le politiquement correct) ou syndical (les carrières doivent se faire au mérite, non en fonction d'une appartenance à tel syndicat ou à tel parti politique). Les structures des universités devraient garantir l'exercice des libertés académiques et reconnaître à chacun sa place en fonction de ce qu'il représente.

Jean-Louis CHARLET
Président honorraire de SUPAUTONOME, professeur à l'université de Provence



Un syndicat proche des personnels

Fondée en 1948, la Fédération Nationale des Syndicats Autonomes de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, identifiée depuis le 12 mai 2012 sous l'acronyme de SUPAUTONOME regroupe des syndicats de personnels de tout statut : enseignants-chercheurs, enseignants, chercheurs, personnels de bibliothèque, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels de santé, de service. Toutes les disciplines universitaires sont représentées : droit, économie et gestion ; lettres et sciences humaines ; sciences et techniques; santé.

  • La défense du statut national des universitaires
  • Le respect de la spécificité des disciplines dans l’organisation des études et de la recherche
  • La qualité d’un enseignement supérieur lié à une recherche correctement dotée
  • Des conditions de travail et de rémunération décentes
  • La défense de l’indépendance et de la liberté d’enseignement et de recherche

SUPAUTONOME  organise son action dans le cadre de la défense de la fonction publique universitaire.

Au niveau européen, notre affiliation à la CESI (Confédération Européenne des Syndicats Indépendants) nous permet de participer et de donner notre avis sur les projets de directives européennes concernant l’éducation et la culture. Enfin, SUPAUTONOME est la section française de l’Association Internationale des Professeurs et Maîtres de Conférences des Universités (IAUPL).

Notre action s’inscrit, en toute indépendance et, face aux pressions de toute sorte, dans la seule défense des universitaires et de l’université. Nous pensons que rien ne peut se faire dans l’Université sans l’accord des universitaires qui sont et font l’Université. Les universitaires doivent savoir dire non et le dire d’une voix suffisamment forte car notre ministère oublie trop souvent que ce sont les accords qui organisent les relations sociales et non pas les lois et décrets

Au moment où l’Europe met l’accent sur l’importance de l’enseignement supérieur et de la recherche pour le développement européen dans un contexte de concurrence internationale exacerbée, deux sentiments dominent les personnels : l’inquiétude et la démotivation. Ils sont démotivés parce qu’ils ont l’impression de ne plus avoir de poids sur les décisions qui les concernent et engagent leur avenir et parce que la bureaucratisation croissante des établissements ne laisse que peu de place aux personnels et à leurs projets. Ils sont inquiets parce qu’ils craignent que les réformes ne se fassent finalement à leur détriment en n’entraînant qu’une nouvelle dégradation de leur statut et de leurs conditions de travail.

De fait, les différentes réformes de l’enseignement supérieur, la nouvelle autonomie des établissements et l’évolution des relations entre les personnels et les établissements sont porteuses de lourdes menaces sur les conditions de travail des personnels, leur statut national et leur liberté. Dans un système bureaucratique qui laisse de moins en moins de place à l’initiative personnelle et à la liberté des individus, les personnels de l’enseignement supérieur ne doivent compter que sur eux-mêmes : l’action syndicale et la mobilisation des personnels sont donc essentielles pour défendre leur statut et promouvoir leur liberté.

Nous n'acceptons pas les atteintes au statut d'enseignant-chercheur. SUPAUTONOME a été la seule force enseignante indépendante à s'opposer, quel que soit le pouvoir politique en place, de façon pragmatique et efficace aux effets pervers des différentes réformes : affaiblissement des disciplines de base, dilution des connaissances, alourdissement constant des tâches d’encadrement pédagogique, menaces sur le statut national, etc. SUPAUTONOME a la volonté d’être proche de vous et de vos demandes et la détermination de faire triompher vos idées. Il faut rester vigilant car l’administration fait preuve de beaucoup de pugnacité et de patience lorsqu’il s’agit de s’attaquer au statut des universitaires et à leurs libertés.

SUPAUTONOME combat la tendance récurrente à vouloir culpabiliser les universitaires en faisant porter sur eux la responsabilité des dysfonctionnements du système universitaire français. Compte tenu des contraintes qui pèsent sur ceux-ci (effectifs pléthoriques, sous-encadrement, mauvaises conditions de travail, manque de personnels administratifs, faiblesses des moyens), ils n’ont pas à rougir du travail effectué par rapport à leurs collègues étrangers. C’est par contre l’Etat qui est responsable des dysfonctionnements de l’enseignement supérieur et de sa situation actuelle. Depuis des décennies, ses compromissions, ses choix, ses propres erreurs et ses pratiques démagogiques constamment renouvelées depuis 30 ans, quelle que soit la majorité politique en place, ont abouti aux difficultés actuelles. Il a fallu la qualité des universitaires, leur implication et leur désintéressement pour empêcher l’université de sombrer face à la multiplication des charges et des contraintes et construire les réussites que le monde nous envie.

Dans le mouvement de contestation et de proposition, notre organisation joue souvent un rôle central. Au regard des événements et de la situation des établissements, les personnels de l’enseignement supérieur doivent réfléchir sur l’action et les méthodes choisies par les syndicats et voir qui les défend vraiment. Entre ceux qui ont la tentation romantique de la ruine et refusent le dialogue et ceux qui « s’en remettent à la sagesse de la ministre » sur les éléments essentiels du statut des universitaires, nous avons choisi, quitte à défendre seuls les valeurs auxquelles nous croyons, un syndicalisme pragmatique pour défendre pied à pied les droits des universitaires et notre conception de l’université. Une université indissociable du concept de liberté et de celle des ses membres.

Les universitaires doivent pouvoir compter sur une organisation forte et unie pour les informer, défendre leurs intérêts et leurs valeurs et fournir, lorsque c’est nécessaire, des efforts à la hauteur des enjeux aux différents niveaux de notre action : local, national et européen.. SUPAUTONOME a montré sa détermination, constante et efficace dans la défense des intérêts de l’Université et des universitaires. Mais, pour mener à bien nos actions, nous avons besoin non seulement de votre approbation et de votre soutien moral, mais aussi de votre militantisme et de vos cotisations. Sans vous, sans votre participation, sans votre dévouement dans le soutien local de nos actions, SUPAUTONOME n’existe pas.

Le bien-fondé de nos positions, l’intransigeance sans démagogie de notre action, le souci de préserver l’intérêt de l’étudiant et l’image de l’Université ont séduit de nombreux collègues, mais par rapport à l’évolution du paysage syndical et aussi à l’égard de tous ceux qui, se reconnaissant dans nos valeurs et nos propositions, nous accordent leur confiance, nous avons le devoir de grandir et de devenir incontournables pour promouvoir avec succès les valeurs de liberté et d’indépendance qui nous fédèrent. Plus que jamais, SUPAUTONOME a besoin de vous pour défendre l’enseignement supérieur et ses personnels.

Nous comptons sur vous tous !
Rejoignez nous !

Michel GAY
Secrétaire Général de SUPAUTONOME, Professeur à l’Université de LYON III



Univers Autonome

http://www.cesi.org/ LSH Bibliothèque http://www.csen.fr http://www.snalc.fr http://sne-csen.net http://www.fgaf.org Ecole de chartes IATOSS SNAS SAMHUR Odontologie Pharmacie Droit Lettre IAUPL Univers autonome



IAUPL
International Association of University Professors and Lecturers









Organisation et Fonctionnement

La Fédération Nationale des Syndicats Autonomes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche identifiée sous le vocable de SUPAUTONOME est une union des syndicats constituée pour grouper les fonctionnaires et agents exerçant soit des fonctions d’enseignement ou de recherche, soit des fonctions administratives, techniques ou de service dans un établissement d’enseignement supérieur ou dans une institution assimilée

La Fédération a pour objet : d’étudier toutes les questions qui concernent à un titre quelconque l’enseignement supérieur et la recherche dans leur ensemble, ou un ou plusieurs des établissements y appartenant ; d’entreprendre toute action visant à défendre et faire valoir les droits et intérêts moraux et matériels de l’enseignement supérieur, de ses institutions et de son personnel, ainsi que les propositions et demandes des syndicats adhérents intéressant l’Enseignement et la Recherche.

La Fédération s’interdit toute délibération et action d’ordre politique.

Il est créé dans chaque Académie une section de la Fédération, animée par un bureau comprenant au moins un président, un secrétaire général et un trésorier. Il peut être éventuellement créé des sous-sections, à raison d’une par université ou grand établissement.


Les organes de la Fédération sont : le Congrès National, le Conseil National, le Comité Directeur et le Bureau du Comité Directeur.

Le Congrès National est l’organe représentatif de la Fédération. Il se prononce sur les orientations générales de celle-ci.

Le Conseil National est l’organe délibérant de la Fédération. Il traduit dans les faits les orientations définies par le Congrès et assure entre ses sessions la direction de la Fédération.

Le Comité Directeur est l’organe exécutif de la Fédération. A ce titre, il met en œuvre les délibérations du Conseil National.

Le Bureau assure la gestion des affaires.


Le Congrès National

Il est formé :
1) de représentants des syndicats membres désignés par chaque syndicat. Aucun syndicat ne peut, quel que soit le nombre de ses membres, disposer à lui seul d’un nombre de représentants au Congrès National supérieur à 40 % du nombre total des membres.

2) de représentants des sections académiques à raison d’un membre par section académique ou, en l’absence de celle-ci, d’un membre par sous-section d’établissement.

3) de membres de droit.
Sont membres de droit les membres du Comité Directeur et les anciens présidents et secrétaires généraux de la Fédération qui continuent à adhérer à l’un des syndicats membres

Le Conseil National

Il comprend trois catégories de membres :

Les membres de droit : les présidents d’honneur de la Fédération, le président et le secrétaire général de la Fédération, le trésorier de la Fédération, les secrétaires généraux de chacun des syndicats membres de la Fédération.

Les membres délégués par les syndicats.

Les membres cooptés.

Le Conseil National se réunit au moins une fois tous les trois ans aux dates fixées par le Comité Directeur. Il élit pour trois ans :
- le Président de la Fédération,
- le Secrétaire Général de la Fédération,
- les vingt membres élus du Comité Directeur.

Le Comité Directeur

Il comprend :
- le Président et le Secrétaire Général de la Fédération,
- le trésorier,
- d’autres membres de droit qui sont les secrétaires généraux des syndicats ayant plus de deux cents cotisants à la Fédération et les Présidents d’honneur de la Fédération,
- vingt membres élus choisis avec le souci d’assurer une représentation équitable des différents syndicats,
- trois membres cooptés par le Comité Directeur.

Le Comité Directeur choisit en son sein deux vice-présidents, deux secrétaires généraux adjoints, un trésorier et un trésorier adjoint.

Le Bureau du Comité Directeur

Il est composé des membres de droit du Comité Directeur. Il assiste le Président et le Secrétaire Général dans la gestion des affaires.

Le Trésorier gère les fonds de la Fédération ; il soumet les comptes des exercices expirés au Conseil National qui vote leur approbation.


Historique

Les présidents de la Fédération : Les secrétaires généraux :
M. Polonovski (1952)
M. Prévost (1954)
M. Jacques Moreau (1957), droit public, Paris 2
M. Mousnier (1959)
M. Eisenmann (1960), droit public, Paris 2
M. Houin (1964), droit privé, Paris 2
M. Georges Vedel, doyen, droit public, Paris 2
M. Benezech (1972-1984), doyen
M. Roland Drago (1984), droit public, Paris 2
M. Pierre Chaunu (1988), histoire moderne, Paris 4
M. Aymond Tranquard (1990), chimie, Lyon 1
M. Jacques Foyer (1995), droit privé, Paris 2
M. Jean-Louis Charlet, latin, Aix-Marseille 1 (2004)
M. Aymard (1952), droit privé, Paris 2
M. Levasseur (1955), droit privé, Paris 2
M. Piaux (1958)
M. Marichal (1960)
M. Guérin (1962)
M. Jean Beaujeu (1965), latin, Paris 10, Paris 4
M. Jullien (1968)
M. Robert (1972)
M. Jean Bastié (1974-1988), géographie, Paris 4
M. Jean-Jacques Bienvenu (1988), droit public, Paris 2
M. Paul Colonge (1990), allemand, Lille 3
M. Jean-Louis Charlet (1995), latin, Aix-Marseille 1
M. Michel Gay (2004), sciences de gestion, Lyon 3


Représentants de SUPAUTONOME dans les instances

IAUPL
Conseil J . Foyer
P. Collonge
G. Teboul
Secrétaire général M. Gay
Relations avec l'UNESCO      O.Curbatov





CNESER
(Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche)

Titulaires Suppléants
Commission Scientifique Permanente M. Gay
J.L. Lenof
E. Benjamin-Labarthe
D. Ahedda
Section permanente M. Gay
E. Benjamin-Labarthe
Section disciplinaire M. Gay


CSE                               D. Ahedda

CTPU
(Comité Technique Paritaire des personnels enseignants titulaires et stagiaires de statut Univ.)
Titulaires Suppléants
M. Gay
L. Reverso




C.C.N. IUT
(Commission Consultative Nationale IUT)
L. Cohen


COMITÉ DE SUIVI DE LA LICENCE ET LICENCE PROFESSIONNELLE
A-M Baranowski




COMITÉ DE SUIVI DU CURSUS MASTER
L. Reverso


COMITÉ DE SUIVI DE L'APPLICATION DU REFERENTIEL NATIONAL D'EQUIVALENCES HORAIRES
M. Gay

R. Zouhhad


SUPAUTONOME
Assistant de direction Driss AHEDDA
Communication Oleg CURBATOV
Bulletin Jean-François CROS
Fichiers Sophie GAULTIER-GAILLARD
Site internet Philipe JOURDAN
Conseil Juridique Gérard TEBOUL
Relations extérieures, européennes, Unesco Oleg CURBATOV


Contacts


Retrouvez la liste des contacts SUPAUTONOME dans l'onglet "Contactez-nous".

MEMBRES DU COMITÉ DIRECTEUR DE SUPAUTONOME Février 2014



NOMS ET QUALITÉS

ADRESSES ÉLECTRONIQUES
Président honoraire
Jean-Louis CHARLET (Lettres) charlet@mmsh.univ-aix.fr
Vice - Présidents
François PIETTE (Médecine) francois.piette@cfx.ap-hop-paris.fr
Philippe ROUYER (S.G. Bibliothèques) philippe.rouyer@univ-rouen.fr
Secrétaire Général
Michel GAY (Sciences de gestion)
Secrétaires Généraux adjoints
Gérard TEBOUL (Droit) gerard-teboul@hotmail.fr
Claude ARCHIEN (Odontologie) claude.archien@odonto.uhp-nancy.fr
Trésorier: BIGEARD  bigeard@unistra.fr





Membres du Syndicat des Lettres (SUPAUTONOME- LSH)
Dominique BARJOT, Secrétaire général dominique.barjot@paris-sorbonne.fr
Eric ANCEAU ericanceau@aol.com
Anne-Marie BARANOWSKI baranowski.a@free.fr
Elyette BENJAMIN-LABARTHE eelyettebe93@numericable.fr
François MOUREAU francois.moureau@paris4.sorbonne.fr
Philippe CHASSAIGNE

Vincent ZARINI


vincent.zarini@paris-sorbonne.fr


Membres du Syndicat du Droit (SUPAUTONOME Droit)
Mentions Légales - Contact Webmaster - Désabonnement aux alertes SMS